Le blog du Tiennou

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 25 juillet 2010

Différentes façons de voir le monde...

Voici un document super intéressant sur les différents courants écologistes. On voit que tout dépend de la façon dont on voit le monde et tous nos choix dépendent ensuite de cette vision. Beaucoup de mes réflexions du moment trouvent un écho dans ce travail de recherche. Bravo, j'ai trouvé ça passionnant.

Interview de Philippe Colomb président de la Vélorution Ile-de-France

Début juillet s'est déroulée à Paris, la vélorution universelle. Cette manifestation a permis de donner la parole à un certain nombre de défenseurs de la cause cycliste et a notamment donné lieu à une excellente interview de Philippe Colomb, le président de la Vélorution Ile-de-France.

Quelques extraits choisis :

C'est des routes qui sont sensées relier les choses et qui finalement les séparent.

Philippe aborde le problème de segmentation du territoire que posent les routes et en particulier les voies rapides. Quelques exemples autour de chez moi :

  1. Le magasin bio le plus près de chez moi est à 500m à vol d'oiseau, 3,5km en voiture et 10,5km à vélo car la seule voie d'accès directe est une voie rapide pour voitures. C'est pour contourner cette même voie rapide que pour aller au travail à vélo tous les jours j'augmente mon temps de trajet de 50% par rapport au chemin le plus direct.
  2. La ville d'Antibes prévoit la construction d'un Transport en Commun en Site Propre (TCSP) pour rejoindre la technopole de Sophia Antipolis. À ce jour, sur presque 10km de voie en site propre le seul point d'interrogation du trajet reste le passage de l'autoroute.

Dans la question des transports [...] c'est toujours l'offre qui crée la demande, c'est pas la demande qui crée l'offre.

Cette simple phrase répond clairement à l'éternelle ritournelle "il n'y a pas assez de vélos pour construire des pistes cyclables" : évidemment puisque l'existence de ces pistes est un pré-requis à la circulation d'un nombre important de vélos. Il est aussi très clair que construire plus de parkings et plus de routes mène inévitablement vers plus de voitures.

jeudi 1 juillet 2010

Raph Ancel : l'homme éco-mobile

Une association Belge, le GRACQ, a créé une série de vidéos mettant en scène un automobiliste converti au cyclisme pour son trajet domicile-travail sur fond de parodie de l'homme qui valait trois milliards. Je vous conseille de jeter un coup d'oeil sur ces vidéos d'environ cinq minutes qui sont très bien faites et assez drôles :

lundi 7 juin 2010

Andy Singer

Je vous conseil de jeter un oeil au site d'Andy Singer. C'est un artiste américain que j'adore et qui pose souvent le crayon là où ça fait mal. Il arrive à résumer des situations compliquées en une image et c'est toujours très très bien vu.

Suprgreen.com : un site d'offres d'emploi lié au développement durable

Un petit site proposant des offres d'emploi liées au développement durable : Suprgreen.com

lundi 26 avril 2010

L'école des parents

Je suis abonné à lettre d'information du conseil générale des Alpes Maritimes. À la réception de la dernière lettre du mois d'avril, j'ai tiqué sur l'article concernant "L'inauguration de l'école des parents".

Au delà du dispositif en lui-même, j'ai été choqué par le titre "école des parents". Je trouve ça réellement humilliant pour ces parents vis à vis de leurs enfants. À travers le mot école, on les infantilise pour finalement leur reprocher de manquer d'autorité. Je trouve ces relants paternalistes de l'état et du conseil général très déplacés et peu propices à la résolution du moindre problème.

Anniversaire de Tchernobyl

Aujourd'hui, c'est le 24ème anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl du 26 avril 1986. Cette catastrophe a tué beaucoup de monde, continue de tuer chaque jour et continuera encore longtemps.

Pour l'occasion, j'ai participé samedi à une commémoration avec GreenPeace et quelques autres organisations à Nice. Nous avions une fausse cheminée de centrale nucléaire et nous simulions une catastrophe. Plusieurs "méchants" aux doux noms tels qu'EDF ou AREVA allaient alors toucher des personnes du public qui s'écroulaient par terre, mortes irradiées.

Pour l'occasion, je jouais le rôle du méchant AIEA qui est une organisation mondiale de propagande du nucléaire civil sous couvert de protection contre le nucléaire militaire alors que les deux sont intimement liés. L'AIEA estime ainsi dans un de ses rapports le nombre de victimes de la catastrophe de Tchernobyl à 50 là où d'autres organisations indépendantes estiment ce nombre à plusieurs dizaines voire centaines de milliers de personnes. Depuis 1959, un accord permet à l'AIEA de censurer tout résultat de recherche qui pourrait nuire à la promotion du nucléaire civil. Au plus haut niveau mondial, dès qu'il s'agit de nucléaire, on est donc dans le domaine de la propagande, bien loin de la science ou de la démocratie.

Je portais ce jour là un masque effrayant mais on a bien d'autres raisons d'avoir peur.

mardi 20 avril 2010

Eruption volcanique et mobilité

Je lis un peu partout dans la presse des articles sur l'éruption volcanique qui a lieu actuellement et qui paralyse l'aviation en Europe. Les articles parlent de l'évolution du nombre d'avions autorisés à voler, de qui perd et qui gagne de l'argent dans cette histoire, de la gestion de la "crise" par les différentes autorités, etc.

Pour les millions de personnes ayant été impactées par cette éruption d'une façon ou d'une autre, parce qu'elles ont passé la nuit sur un banc dans un aéroport ou parce qu'elles n'ont pas pu consommer de mangue fraiche le week-end dernier, j'aimerais que cette éruption volcanique soit aussi l'occasion d'une réflexion sur notre dépendance au trafic aérien.

Est-il normal de consommer en permanence des biens venant du bout du monde, eux-même composés de matières premières ayant fait des milliers de kilomètres ? Réunion de travail dans un pays, réunion de ministres dans un autre, week-end détente à l'étranger, toujours plus vite, toujours plus loin, tout en flux tendus, toujours tout prévoir, rentrer à l'heure. Ne fragilise-t-on pas notre économie et nos vies à outrance ? A-t-on vraiment besoin de ces milliers d'avions au dessus de nos têtes ? Est-on encore capables de tirer profit de tous les aléas de la vie ou est-on condamnés à subir ?

Mise à jour : un très bon article de rue89 qui fait le bilan des réflexions "plus ou moins écolos" inspirées par le volcan.

dimanche 18 avril 2010

Un bon film sur le danger des OGM

Greenpeace a mis en ligne un film d'animation très bien fait sur les risques liés aux principales cultures d'OGM. Ça dure 3 minutes 50 secondes, c'est vraiment à voir.

Dans la foulée, je vous invite à signer la pétition pour un moratoire sur l'introduction de cultures OGM en Europe.

vendredi 2 avril 2010

Desserts maison

Un site que je garde sous le coude pour préparer de bons desserts maison : sucrissime.

Le pic pétrolier c'est pour bientôt

Encore un article prévoyant le pic pétrolier pour bientôt. Le pic pétrolier, c'est le moment où le maximum de la production sera atteint et ne pourra plus que décliner par la suite. Si la demande ne diminue pas à ce moment là, les prix du pétrole vont exploser. Malheureusement, en ce moment et pour encore longtemps la demande explose notamment en raison des besoins des pays en voie de développement.

Spéciale dédicace à tous les gens qui achètent aujourd'hui une maison en pleine campagne à plus de 40km de leur lieu de travail : dans moins de dix ans votre maison ne vaudra plus rien et ça va vous coûter très très cher d'aller travailler. On ne pourra pas dire qu'on n'était pas prévenu...

mercredi 10 février 2010

Le thon rouge relance le débat sur la définission d'une espère menacée

Je lisais le dernier article de rue89 sur le Thon Rouge. C'est une interview et j'ai bloqué sur un "détail" qu'il fallait vraiment que je note. Voici deux citations du même homme - en début et fin d'article - Alain Fonteneau chercheur à l'Ifremer et spécialiste du sujet.

Au début de l'article, interrogé sur les capture actuelles mondiales de thon rouge :

Ses captures mondiales sont très faibles, 100 000 tonnes/an environ

A la fin de l'article, interrogé sur le stock de thons restant et sur le devenir de l'espèce :

il y en a de très nombreux dans l'Océan atlantique et la Méditerranée ! Sans doute beaucoup plus de 100 000 tonnes.

On voit donc qu'avec le même chiffre de 100 000 tonnes, notre spécialiste trouve que c'est peu en terme de pêches mais que c'est beaucoup en terme de stock. Super, on peut pêcher plein de thon rouge puisqu'il en reste sans doute au moins pour une saison de pêche...

mercredi 23 décembre 2009

Lave-vaisselle ou vaisselle à la main

Un sujet qui revient bien souvent à propos des petits gestes du quotidien pour l'environnement, c'est le débat : vaut-il mieux laver la vaisselle au lave-vaisselle ou à la main ? C'est l'objet d'un article du monde par Terra Eco qui compare la consommation d'eau, la consommation d'énergie, l'efficacité et l'impact sur l'environnement.

Ce genre de comparaison est toujours périlleuse car dans un cas comme dans l'autre les disparités sont grandes au niveau des appareils et des comportements. C'est d'ailleurs un peu le sens de la conclusion de l'article qui ne tranche pas vraiment même s'il semble plutôt en faveur du lave-vaisselle pour la consommation d'eau.

J'ai plusieurs critiques à formuler à propos de cet article et de beaucoup du même genre :

  • l'étude n'analyse pas tout le cycle de vie, on n'évoque même pas l'impact de la fabrication+commercialisation du lave-vaisselle. Pourtant, si on se fie à plusieurs études réalisées pour d'autres types de produits comme les voitures ou les ordinateurs, on tombe à peu près toujours sur des ordres de grandeur indiquant que la fabrication du produit représente 40% de l'impact environnemental du produit sur l'ensemble de sa vie. C'est tout à fait non-négligeable mais on n'en parle pas.
  • au niveau des consommations d'eau, d'énergie, etc. pour le lave vaisselle, on utilise la plupart du temps les données constructeur qui sont bien souvent loin de la réalité. Ainsi, les consommations indiquées par le constructeur sont en général à son avantage pour un programme particulier, avec un appareil neuf dans des conditions obtimales (dureté de l'eau, saleté de la vaisselle, etc.)
  • l'article ne fait pas d'analyse en utilisation réelle qui peut changer les choses : le lave-vaisselle est-il toujours plein quand on le lance ? On réalise souvent qu'on ne peut pas tout passer au lave-vaisselle et qu'on doit laver certaines choses à la main (plats, verres fragiles, etc.)
  • aucune information sur l'impact environnemental/social : bruit du lave-vaisselle, espace occupé dans la cuisine, etc.
  • l'article parle du temps économisé par le lave-vaisselle : 20 minutes en moyenne pour 12 couverts. Si on compte 12 couverts par jour pour une famille, on pourrait penser que la famille économise 20 minutes/jour. Pour avoir un calcul plus près de la réalité, il faudrait aussi prendre en compte le temps de remplir/vider le lave-vaiselle, le temps de laver ce qui ne passe pas au lave-vaisselle et considérer que pour un lave-vaisselle à 300€, il faut travailler 43h pour une personne payée au SMIC.

A côté de ça, on trouve des articles basés sur l'expérience personnelle et une réflexion sur nos modes de vie qui apportent beaucoup de compléments.

Si le lave-vaisselle peut présenter des avantages dans certains cas, je suis plutôt pour la vaisselle à la main en prenant garde de ne pas gaspiller. Ainsi, on se rend mieux compte de sa consommation d'eau, on évite d'encombrer son appartement avec un nouvel appareil électrique, on a besoin de moins de vaisselle, etc.

Immigration, intégration et mariage

Les mariages mixtes - comprendre un mariage entre un français et un non-français - sont un des signes les plus significatifs de l'intégration d'une population immigrée. En France, la très forte proportion de mariages mixtes (un quart des mariages) tend à faire relativiser les problèmes d'intégration que nous rabachent sans cesse les média.

Un article du Monde du 22 décembre fait un état des lieux des difficultés administratives auxquelles sont confrontés ces couples mixtes. Sous couvert de lutter contre les mariages blancs qui ne représentent que 0,5% des mariages, ces bloquages administratifs se font souvent au mépris de la loi et révèlent surtout les difficultés des hautes autorités françaises à concevoir la mixité ethnique de notre pays.

On constate le fossé énorme qui sépare la France d'en bas qui se mélange et la France d'en haut qui refuse le métissage dans le cadre du mariage, tente de figer une identité nationale pour mieux en exclure ceux qui ne correspondraient pas aux critères établis, fait des amalgames pour le moins douteux voire fait des déclarations franchement racistes.

mardi 22 décembre 2009

Des conséquences de notre consommation

Notre consommation effreinée de produits en tout genre, notamment de produits électroniques a de graves conséquences pour le monde. Tout d'abord des conséquences environnementales avec une raréfaction des matières premières, une forte consommation d'énergie pour la production et le transport des marchandises, etc. mais aussi des conséquences sociales et humaines. Notre consommation est directement responsable d'une grande partie des guerres dans le monde et de la destruction des milieux naturels dans lesquels vivent des populations qui n'ont plus d'autre choix que d'accepter d'être exploités par des groupes armés ou des multinationales.

Le film "The story of stuff" explique très simplement et presque de manière amusante toute cette chaine de conséquences. Il est téléchargeable gratuitement et légalement mais il vaut mieux parler anglais pour en profiter pleinement.

Pour ceux qui veulent approfondir le sujet, le rapport "From mine to mobile phone" de l'ONG Enough Project détaille les différentes étapes de l'extraction de minerais jusqu'à leur utilisation dans les produits électroniques que nous consommons couramment. Elle explique par la même occasion notre part de responsabilité dans les conflits au Congo et les conditions de vie des habitants de cette partie de l'Afrique.

Parmi les mesures que nous pouvons prendre à notre niveau, on peut citer :

  • consommer moins : s'interroger sur nos besoins et sur la réelle utilité d'acquérir de nouveaux produits ;
  • consommer mieux : acheter les produits qui ont l'impact environnemental et social le plus faible ;
  • s'informer : pour pouvoir consommer mieux, il est nécessaire de faire preuve d'esprit critique et de faire l'effort de partir à la pêche aux informations pour faire les choix les plus éclairés ;
  • soutenir les actions en faveur de plus de transparence sur l'origine des produits que nous consommons et sur la réduction de leurs impacts.

mercredi 2 décembre 2009

Climat : qui va payer l'addition

Une très belle vidéo sur les conséquences de notre mode de vie :

Piqué sur le blog d'Alain Caraco dont le blog est très intéressant

dimanche 8 novembre 2009

Randonnées du 17 et 18 octobre

Le week-end du 17-18 octobre, c'était un week-end randonnées pour moi. Le samedi, j'ai commencé par une randonnée de moyenne montagne « la Croix du Mont-Agu » avec des membres du site www.onvasortir.com. La randonnée est au départ de Saorge et doit être très agréable l'été car elle se pratique quasiment intégralement en forêt.

Le dimanche, je suis allé un peu plus haut avec des collègues en direction des lacs de Vens. Suite à un gros orage dans la nuit de samedi à dimanche, la randonnée de dimanche a dû être un peu écourtée par rapport au trajet initialement prévu en raison de la neige. On a quand même pu monter jusqu'à l'arche naturelle au dessus des lacs.

dimanche 1 novembre 2009

Les services funéraires se mettent au vert

En ce jour de Toussaint, un billet de circonstance pour noter que petit à petit les services funéraires aussi se mettent au vert avec des cercueils en bois ou en carton pour les services de crémation, des services d'entretien des tombes à distance, des urnes funéraires en cheveux de coco, etc.

Penser écologie est une manière de vivre... même après la mort. Pensons aux générations futures, ne partons pas en leur laissant des cadeaux empoisonnés.

L'article sur Nice Matin qui a inspiré ce billet.

lundi 12 octobre 2009

Le pousse-pied vélo pour monter les cotes.

Le vélo c'est bien, ça fait faire de l'exercice physique. Un peu d'exercice mais pas trop : il faut trois fois moins de calories pour effectuer une distance donnée à vélo par rapport au même trajet à pied.

Le problème du vélo, c'est les côtes. L'exercice physique dynamisant peut alors se transformer en véritable torture. Une solution de compromis peut être le Vélo à Assistance Électrique (VAE) qui permet au cycliste de monter des côtes sans faire plus d'effort que sur du plat.

Oui mais un VAE c'est plus cher. Seuls les citoyens les plus aisés ont-ils le droit d'accéder aux hauteurs de la ville ? N'est-il pas dommage d'avoir à acheter un vélo plus polluant à produire au lieu de réutiliser le vélo de son grand-père juste pour grimper cette satanée côte à mi-parcours ?

Heureusement certaines infrastructures cyclables peuvent rendre plus accessible des parties de la ville qui pouvaient être boudées par les cyclistes. L'équivalent du tire-fesse pour les skieurs existe pour les cyclistes : c'est un pousse-pied. Évidemment, on n'imagine pas ce genre d'infrastructures équipant toutes les pentes de la ville mais en répartissant ces dispositifs de manière intelligente sur certains grands axes on peut réellement encourager la pratique cycliste et désenclaver certains quartier pour les cyclistes. Un tel dispositif aurait tout à fait sa place sur certains axes de la ville de Nice.

Le 24 octobre n'oubliez pas « le jour de la nuit »

Le samedi 24 octobre, n'oubliez pas « le jour de la nuit ». Cette manifestation vise à sensibiliser la population aux dangers de la pollution lumineuse. Outre la problématique des économies d'énergies à réaliser, n'imaginez pas que le problème de la pollution lumineuse se résume à une poignée d'astronomes que la pollution lumineuse empêcherait de s'adonner à leur hobby. La pollution lumineuse est un vrai problème, un problème qui tue des animaux et des hommes.

De plus, c'est un problème qui s'accentue sans commune mesure avec l'augmentation de la population ni même du niveau de vie. En France, en dix ans le nombre de points lumineux a augmenté de 30% ! Ci-dessous, voici deux photos de la terre de nuit en 1970 puis en 2005.

Photo de notre globe de nuit en 1970

Photo de notre globe de nuit en 2005

Pour revenir à l'opération « le jour de la nuit », on peut regretter que dans notre région il n'y ait que deux opérations :

  • à Cagnes-sur-Mer : Extinction de l'éclairage du Château Musée du Haut de Cagnes et Eglise du Cros de Cagnes. Montage d'un Planétarium pour les enfants. Diffusion du Film 'le jour où la nuit s'arrêtera"
  • à Eze : Observations du ciel à  l'œil nu et aux télescopes, séances de planétarium, projection de vidéos, conférence "Les observations de Galilée", exposition

- page 2 de 4 -